Des ponts. Pas des murs.

Première contribution extérieure sur le site, avec cette proposition poétique, ni complètement réelle, ni totalement fausse. L’histoire contée ici relie, par l’image et le texte, le pont-structure de l’imaginaire qui l’entoure. Jeter des ponts, c’est en effet à la fois relier deux rives, deux mondes,  prendre un peu de hauteur sur le monde et, parfois, changer de trajectoire…

Merci à Anna d’avoir bien voulu partager son travail ici

Textes et photos (c) Anna Dru

***

 

 

 

Mon fils a le sang trop fluide.
Ça me préoccupe
Sa sœur a des problèmes de fer
Ça m’inquiète
Et puis, il y a cette amende pour excès de vitesse
A cause de la plaque d’immatriculation

Un stress en plus

C’est pas comme si j’avais que ça à penser
J’ai l’évier de la salle de bains à changer
Va falloir que je m’occupe de la robinetterie
En parlant de tuyaux,
Ceux de la cuisine sont bouchés
Rien à faire !
Même le Destop ne fonctionne pas

Je ne vois pas d’issue

J’essaye de ne pas y penser
Pour me distraire
On fait des Scrabble avec ma femme
Mais, elle m’agace
A faire

Que des mots compte triple

Le vrai problème,
C’est eux
Je peux même plus me détendre
A regarder les bateaux par la fenêtre
Ils sont partout,
Ils me gâchent la vue
Je voudrais qu’ils déguerpissent
Je voudrais qu’ils disparaissent

Ces migrants

L’autre nuit
Ils dormaient en bas de notre immeuble
Et puis quoi encore ?
On se sent plus en sécurité
Chez nous
Le voisin m’a dit qu’ils dealaient de la drogue
Ils sont là pour le trafic, c’est certain
La coiffeuse m’a dit
Qu’ils agressaient les femmes
Dans la rue

De vrais sauvages

Quand il m’entend parler comme ça
Mon fils me traite de « sans-cœur « 
J’entends sa rengaine habituelle
« Il vaut mieux construire des ponts
Plutôt que des murs »
On ne se comprendra jamais
On ne peut pas accueillir
Toute la misère du monde

Chez nous.

Ce matin, je me suis réveillé
Avec une douleur dans le bras gauche
J’ai dû trop forcer à la musculation
Ou dormir dans une mauvaise position
Je suis sorti prendre l’air
En direction de la mer

À la deuxième douleur
J’ai hurlé
Personne n’a entendu
L’écluse était ouverte
Je n’ai pas pu franchir le canal
Je n’ai pas pu rejoindre la mer

À la troisième douleur
J’ai cru que c’était la fin

Un caillot a migré dans votre cœur Monsieur,
La cause : des plaques d’athérome.
Heureusement, un homme était là
D’origine soudanaise, médecin dans son pays
Il vous a massé jusqu’à l’arrivée des secours
Sans lui, vous seriez mort.
Le cœur garde quelques séquelles
Vous allez devoir subir un triple pontage

Des ponts pour contourner vos artères encrassées

 

DES PONTS.

 

 

PAS DES MURS.

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.