Nous laissons des traces

Exercice de style.

A l’occasion d’un atelier d’écriture sur le thème du dedans-dehors organisé par le MuMa, dans le cadre de l’exposition « Comme une histoire…Le Havre », j’ai réalisé ce petit texte, inspiré par une déambulation dans les rues du Havre. Une contrainte unique m’était proposée : l’utilisation, dans chaque phrase, du pronom NOUS.

Une restitution de l’ensemble des textes était proposée à l’issue du week-end par un comédien. Pour vous, les absents, ma proposition écrite et visuelle.

***

 

Nous laissons des traces.

Nous laissons des traces sonores, visuelles, olfactives. Et qui d’autre que nous ?

Sans nous il n’y aurait que le silence, et le vide. Mais notre truc à nous, c’est de prouver que nous sommes là. Dehors, ou dedans, nous sommes là.

Dehors, on ne voit que nous. Ces mégots sont à nous. Ces chewing-gums sont à nous. Lorsque nous marchons, rien d’autre n’existe autour, rien d’autre que nous. Nous traçons nos désirs de nos pas, d’une trajectoire urgente et gourmande. Dans cette ville, on ne voit que nous. Nous l’avons voulu à notre image, avec des hauts, des bas, des pleins et des vides. Nous tournons autour du Pot, et parfois le vent nous glace, la pluie nous frappe.

Alors nous cherchons l’abri. Nous avançons, à tâtons s’il le faut, laissant sur les murs les traces noires de nos mains.

 

 

Et nous passons la porte de cet immeuble. Il y fait bon mais nous nous y sentons étrangers. Nous ne ferons que nous y attendre. Sans se douter que bientôt, parmi ces quarante-deux boîtes aux lettres figureront nos noms à nous. Avant d’en partir, nous y laisserons de nouvelles traces, parmi tant d’autres, parmi les tracts commerciaux et les avis de passage.

 

 

Plus loin, plus tard, nous entrerons dans l’église. Cette église, c’est notre OUI à nous, lancé vers les cieux. Cet espace clos, sombre, nous nous l’approprions, comme les autres.

Le mouchoir en papier collé au sol était là avant nous. La bouteille d’eau, arrogante, réfugiée dans le confessionnal, sera là après nous. Il y a, parmi nous, ce silence que brisent à peine les sons du dehors. Nous dessinons des cercles, d’une lente danse. L’obscurité nous envahit, et nous nous éclipsons. Comme une excuse, nous ne faisons que passer.

Direction, déclarons-nous, la maison. Ce vaste et angoissant appartement où tout est à nous. La moindre trace est de nous. Ces murs que nous avons peints, ces petits dessins que nous avons griffonnés, ces traces de chiffon au milieu de la poussière. Notre nom à nous sur la sonnette. Même le sol grince derrière nous. 

Ici, nous sommes invincibles. Nous nous aimons. Rien ne nous arrêtera, désormais. Le monde nous appartient, et ces traces, nul ne nous les enlèvera.

 

 

***

 

 

[Le Havre] Cartographie de la vacance commerciale (MàJ: fev 18)

Du côté des grandes villes moyennes, Le Havre, Reims et Orléans sortent du lot, ayant réussi à enrayer l’accentuation de la vacance commerciale, ce que peinent à faire des villes de taille similaire. Le Havre remporte au final la première place dans cette catégorie.
« La ville a œuvré pour son dynamisme et son attractivité en réalisant de lourds investissements » pointe Procos, évoquant le déploiement de bibliothèques, d’un Palais des Congrès et la transformation commerciale des Docks, tandis qu’un tramway a généré un trafic renouvelé. Le nombre d’enseignes de services a reculé de 2,5 % en deux ans dans le centre, montant une reprise de l’intérêt des commerçants sur les secteurs shopping et alimentaire, relève l’organisme. (Source)

Quand la nouvelle est tombée, ma fierté de Havrais a tenté de resurgir, mais, assez vite, je me suis senti mal, submergé par une dissonance cognitive saillante. Ce n’est pas ce que je voyais au quotidien, ce que j’avais l’impression de vivre au détour de mes déplacements. Piqué au vif, et dans un souci de rigueur « ethnographique », j’ai dégainé mon smartphone, et j’ai cherché à voir si oui ou non on pouvait raisonnablement classer Le Havre parmi les centres-villes ayant enregistré les évolutions les plus favorables.

(NB: je ne remets pas en cause les choix méthodologiques et les critères choisis par Procos ; ce classement a sans doute sa raison d’être objective. L’idée est plus d’y confronter une réalité quotidienne vécue, une histoire autochtone)

 

Je n’ai pas eu à marcher beaucoup pour accumuler ces clichés, comme le démontre la carte ci-dessous…

 

Le Havre : Organisons un Grenelle de la Nuit !

En 2012, après des mois de tension entre riverains, usagers et commerçants du centre-ville (en particulier des rues piétonnes), dues aux nuisances sonores, la ville du Havre se dote d’une Charte de la vie nocturne – comme bien d’autres villes avant elle et depuis. Cinq ans plus tard, une pétition d’usagers – 10.000 signatures en trois jours – fait resurgir le débat suite à des mesures prises par la municipalité au cours des derniers mois. D’un côté, des riverains excédés par le bruit, de l’autre, des havrais regrettant de nouveau la désertification du centre-ville et l’absence d’une véritable vie nocturne. 

 

 

******************

 

« C’est beau une ville la nuit »

 

Résumer la vie nocturne aux seules (et éventuelles) nuisances sonores produites par des grappes de jeunes gens sortis du bar fumer leur cigarette un verre à la main, ou quittant un concert l’âme légère, c’est passer à côté de ce qui fait la réalité de la ville nocturne. Les modes de vie changent, et la ville avec. A l’image du dimanche, les temps de calme se réduisent et la ville en continu grignote du terrain. Tentons d’anticiper le développement prévisible des activités nocturnes.

La nuit, la ville ne vit pas seulement au rythme des pintes descendues et des décibels augmentés, elle est aussi le théâtre d’activités économiques diverses. On sous-estime à n’en pas douter le nombre de travailleurs et travailleuses de nuits : de l’artisan-boulanger au patron de café, en passant par les ripeurs, les ouvriers d’usine travaillant en feu continu, fonction hospitalière et forces de l’ordre, c’est près d’un salarié sur cinq et un actif sur dix qui travaille de nuit. N’oublions pas non plus les activités automatisées : distribution d’essence ou d’argent… Désormais, on peut même aller se faire couper les cheveux en nocturne, étudier à la bibliothèque, être le premier ou la première à acheter le nouveau gadget technologique. C’est aussi le temps des activités culturelles et sportives, marchande ou gratuite : cinéma, concerts, spectacles, rencontres sportives, et parfois, sorties au musée

Toutes ces activités engendrent bien sûr des inégalités : de territoire, puisque services, commerces, animations, sont inégalement répartis, en îlots intenses la plupart du temps ; d’accessibilité également, et par conséquence – travailler, se divertir, consommer, ou simplement se déplacer, la nuit, exige presque toujours et encore un mode de transport autonome. Quid, alors, des dessertes de transport en commun ? Sans compter ces actifs et actives aux horaires décalés, qui ont un usage nécessairement décalé dans le temps des services, commerces, lieux de détente… 

L’inégalité est encore plus prégnante quand on est une femme – la population noctambule est très majoritairement masculine. Car la nuit renvoie également (et parfois à tort) à l’insécurité. De ce point de vue, des rues animées, peuplées, sont moins anxiogènes, et moins dangereuses, elles créent un « encadrement social naturel ». Réfléchissons aussi à la lumière, aux cheminements entre ciels étoilés et trottoirs éclairés.

N’oublions pas surtout que la vie nocturne est facteur d’attractivité: comment espérer attirer touristes, étudiants, entreprises et habitants nouveaux, dans une ville où il serait devenu impossible de se restaurer après 22h, en sortant du travail, ou de se déplacer librement en rentrant de soirée, ou de boire un verre passés les douze coups de minuit ?

 

« Tout projet politique créatif devrait tenter de renforcer la citoyenneté nocturne »

Luc Gwiazdzinski. La nuit, dernière frontière de la ville. Editions de l’Aube, 2005

Retrouvez le compte-rendu de la conférence de Luc Gwiazdiznski sur la nuit ici !

Il n’y a pas de bon ou de mauvais usage de la ville. Ne stigmatisons aucune pratique : les droits et les devoirs des citadins s’appliquent autant la nuit que le jour. Comme disait Churchill, voir dans chaque difficulté une opportunité est preuve d’optimisme. Soyons optimiste: ces vifs échanges, ces positions tranchées sont une merveilleuse opportunité pour la ville de s’emparer de la question de la nuit dans son ensemble.

 

ORGANISONS UN GRENELLE DE LA NUIT

 

Alors, sur le modèle des Grenelles locaux de la mobilité, ou des Etats généraux de la nuit à Paris, organisons au Havre un Grenelle de la nuit.

Créons des collèges assemblant l’ensemble des acteurs du territoire (usagers de la nuit, professionnels, riverains, institutions,…), qui seraient amenés à penser, échanger, exposer ce que pourrait ou devrait être la nuit au Havre. Remettons à plat les règles du jeu, et déterminons les ensemble : faisons société.

Commençons par délimiter la nuit : quand commence-t-elle, quand s’arrête-t-elle. Puis, cartographions la nuit, ses activités, son intensité, ses sonorités, ses vides, ses risques, ses éclairages.

Respectons le droit au sommeil, à la pause, mais ne nous contentons pas de régler des problèmes de voisinage et de nuisances sonores nocturnes. Allons plus loin, soyons audacieux. Penchons nous sur les questions de sécurité, d’accessibilité, de mobilité, de loisirs, de tranquillité, d’activité économique. Intéressons-nous à l’entièreté du territoire, de l’hyper-centre festif aux quartiers Nord, des zones d’activités aux zones résidentielles. Prenons en compte les besoins et les désirs de chacun, les obstacles et les contraintes. 

Surtout, prenons le temps. Ne croyons pas pouvoir tout régler et tout anticiper en quelques semaines. L’enjeu est de poser les fondations pour un véritable urbanisme nocturne, respectueux, désirable, durable et accepté de tous.

Peut-être nous faudra-t-il, comme ailleurs, élire un Conseil de la Nuit, nommer des « maires de nuit », indépendants de toutes les parties, à mi–chemin entre la médiation et l’invention, ou bien, comme à Rennes, des « correspondants de nuit » verront-ils le jour. Peut-être l’idée d’un principe d’antériorité émergera.

Peut-être, plutôt, ferons-nous preuve d’inventivité et d’imagination, et d’un esprit de concorde renouvelé. Rares sont les occasions pour l’ensemble de la population de se rassembler. Plus rares encore les occasions pour elle de s’exprimer et d’entendre, de proposer et de défendre.

La nuit, comme la ville, nous appartient tous. Comme la ville, il y a des milliers de façons d’habiter la nuit. Bien sûr, tout le monde ne saura être satisfait des propositions finales, mais après tout, c’est aussi cela la démocratie. Il semblerait dommage néanmoins, de ne pas se saisir de ce sujet, clivant, récurrent, pour en faire un outil collectif d’appropriation de la ville.

Alors, oui, ORGANISONS UN GRENELLE DE LA NUIT.

 

Le Havre, le 29 décembre 2017.

 

Addendum du 19 janvier 2018 : Retrouvez le compte-rendu de la conférence de Luc Gwiazdiznski sur la nuit ici !